Mot de Bienvenue

MOT DE BIENVENUE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République Togolaise

Très Chères Sœurs,
Très Chers Frères,
Très Chers Amis,

À toutes celles et ceux qui prendront part à la conférence de Lomé, j’adresse une chaleureuse, cordiale et fraternelle bienvenue en terre togolaise d’Afrique.

Au nom du Peuple togolais, de son Gouvernement et en mon nom propre, je salue la tenue, au Togo, de la Session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernements de l’Union Africaine, sur la Sécurité maritime et le Développement en Afrique.

En accueillant cette Conférence de grande portée pour l’Afrique, le Togo tient à confirmer son intérêt et son engagement pour la cause de notre continent dont le présent et le futur lui tiennent tant à cœur.

Nul n’ignore la place de l’Afrique dans l’enjeu de la politique mondiale en termes de géopolitique, de géostratégie et de géo économie, en un mot dans la problématique des relations internationales.

En effet, les diverses entreprises de déstabilisation de l’Afrique par voie terrestre comme par voie maritime, entre autres, ne peuvent guère laisser les États africains et les Africains indifférents.

Conscients du danger qui menace nos pays et nos peuples dans leur existence, ainsi que de l’impérieuse nécessité de mobiliser les moyens à notre disposition, y compris notamment nos mers et nos océans, les États d’Afrique ont pris la décision à Malabo de tenir, à l’initiative du Togo, une session extraordinaire sur la Sécurité maritime et le développement en Afrique. Cette Session se tiendra à Lomé, le 15 octobre 2016.

Au cours de cette Conférence, diverses questions seront examinées dont celles liées à l’insécurité maritime, marquée par des actes d’agression, de brigandage, de vol à main armée, aux trafics illicites de tout genre transitant en mer, la pêche illicite, la préservation de l’environnement marin, la mer comme facteur de développement et la coopération régionale et internationale pour la sauvegarde de la sécurité maritime.

En outre, la Conférence étudiera les voies et moyens adéquats pour enrayer les actes criminels qui portent une atteinte grave à la paix et la sécurité ainsi qu’à la navigation dans l’ensemble de l’espace maritime africain, en particulier, dans la Corne de l’Afrique et dans le Golfe de Guinée.

En matière de développement, la Stratégie africaine intégrée pour les mers et les océans à l’horizon 2050 (Stratégie AIM 2050) sera au cœur des travaux de Lomé en vue d’une mise en œuvre plus soutenue et accrue de son plan d’opérationnalisation visant à créer une plus grande richesse, par la promotion d’une économie bleue, florissante, durable, sécurisée et respectueuse de l’environnement.

Dans ce sens, il importe donc que l’Afrique, résolue à assumer pleinement la responsabilité qui lui incombe vis-à-vis d’elle-même, et soutenue par la communauté internationale, se donne les moyens nécessaires pour enrayer les actes criminels en mer, et s’investisse dans la réalisation de la vision 2063 de l’Union Africaine pour l’Afrique, qui offre des perspectives heureuses au continent en ce qui concerne son progrès économique et social notamment.

Persuadé que l’Afrique peut se prendre en charge et assumer son destin, je forme le vœu que la Conférence de Lomé aboutisse à des résultats concrets, probants, applicables, permettant d’atteindre rapidement nos objectifs de paix, de stabilité et de développement pour le continent.