Actualités

Le Message de Faure Gnassingbé

Les présidents de Côte d'Ivoire et du Togo vendredi à Lomé Le Togo est heureux d’accueillir ce samedi à Lomé le Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique.

La date du 15 octobre 2016 marquera, pour l’Afrique tout entière, un jalon majeur dans sa marche vers la réalisation de sa destinée. Ce sommet, qui réunit les chefs d’État et de gouvernement, vise à réfléchir aux voies et moyens susceptibles de créer les meilleures conditions de sécurité et de sûreté sur les mers et sur les océans d’Afrique a n de garantir une exploration et une exploitation pro tables de ces espaces pour nos peuples.

Nul n’ignore l’enjeu et l’importance que représentent les mers et les océans pour l’humanité. En effet, les deux tiers de la sur- face du globe terrestre sont recouverts par la mer, élément si nécessaire, voire indispensable, à la vie sur terre. Les mers et les océans, ces biens si précieux et si vitaux, méritent notre protection a n que nous puissions tirer meilleur parti des ressources considérables qui s’y trouvent.

La mer et les océans sont une voie originelle, par excellence, d’établissement de relations d’amitié et de coopération entre les peuples et les États. Ils constituent, à n’en point douter, les principaux vecteurs de la mondialisation, avec environ 90 % du commerce mondial transporté par voie maritime, d’une part, et facteurs du développement durable, d’autre part.

Source d’énergie et de richesses, les activités liées à la mer sont une composante importante de la croissance, nécessaire pour le développe- ment et l’émergence de nos pays. Cette place centrale des mers et des océans dans l’existence et le progrès de l’humanité n’est plus à démontrer, d’où l’obligation impérieuse qui incombe à la communauté internationale en général et aux États africains en particulier d’encourager et de prendre les dispositions adéquates pour assurer la sécurité et la sûreté des espaces maritimes.

C’est pourquoi la question de la lutte contre la piraterie maritime et les trafics illicites en tous genres transitant par la mer seront au cœur de nos discussions et des mesures envisagée, voire à prendre pour décourager et mettre hors d’état de nuire les auteurs de ces actes préjudiciables.

L’examen de la question de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, et de l’économie bleue témoigne de l’intérêt que nos pays accordent à leurs ressources marines, sources de richesses énormes pour nos populations.

À cet égard, il faudra des initiatives africaines hardies pour décourager vigoureuse- ment la pêcherie non autorisée et frauduleuse qui entraîne un manque à gagner énorme pour nos économies et réduit considérablement les possibilités de création d’emplois pour notre jeunesse, gage fondamental de cohésion sociale, de paix et de sécurité dans une prospérité bien partagée.

Les actions isolées ou individuelles ne pourront pas avoir d’effets susceptibles de contenir efficacement les phénomènes malheureux et dommageables que connaissent nos espaces maritimes.

Seules la mobilisation générale et des actions collectives volontaristes nous permettront de mieux protéger nos biens, si précieux, que constituent nos mers, nos océans et leurs ressources. Il faut que les générations futures puissent également disposer de biens qui contribueraient à leur bien- être et à leur plein épanouissement.

L’on comprend, dès lors, toute l’importance que revêt le sommet de Lomé, appelé à initier un cadre d’action collective, dynamique et efficace qui permettrait à l’Union africaine et à l’ensemble de ses États membres, à travers un instrument juridique fédérateur, la future ‘Charte de l’Union africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique’, de sécuriser leurs espaces maritimes, de valoriser et de faire fructifier davantage leurs ressources marines en faveur de leurs populations.

Tracer les frontières de la renaissance africaine

Faure Gnassingbé samedi à l'ouverture du sommet Le sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) consacré à la sécurité maritime s’est ouvert samedi à Lomé.

Les 17 chefs d’Etat présents ainsi que les vice-présidents et chefs de gouvernement ont pris place sous un immense chapiteau qui tient lieu de centre de conférences.

Le président Faure Gnassingbé a rappelé les nouvelles menaces qui pèsent sur le continent avec la piraterie maritime et les entreprises criminelles. Il a plaidé pour une action coordonnée et concertée afin de combattre ces fléaux.

La charte sur la sécurité maritime discutée depuis ce matin et adoptée dans l'après-midi est une feuille de route, un instrument de coopération pour faire des océans un zone de paix et de coprospérité, à indiqué le chef de l’Etat.

Cette charte entend définir les nouvelles frontières de la renaissance africaine, a-t-il dit.

Luis succédant à la tribune, le secrétaire général adjoint des Nations Unies, Carlos Lopes, a invité l’Afrique à se mobiliser pour anticiper et gérer les dangers qui viennent de la mer.

La présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini Zuma, a invité les Etats membres à se doter d’une véritable industrie maritime et a lancé l’idée de créer une Banque africaine maritime pour encourager le secteur privé.

Enfin, le Tchadien Idriss Deby Itno, président de l'UA, s’est également prononcé en faveur de la charte.

17 présidents sont présents ainsi que le vice-président du Nigeria. Derniers arrivés, les chefs d’Etat du Ghana, du Burkina Faso, et du Bénin.

Une participation importante pour un sommet de l’Union africaine.

Le coût global de l'insécurité maritime est gigantesque

Partage d'information A la veille de sa participation au Sommet de Lomé, le Commissaire européen pour l'Environnement, les Affaires maritimes et la pêche, Karmenu Vella, a procédé au lancement officiel par l'Union européenne et le Danemark du projet visant à développer un Réseau inter-régional sur la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée (GoGIN).

Le projet GoGIN, cofinancé par l'Union européenne (UE) et le Danemark, respectivement à hauteur de 7,5 million d'euros et de 1,8 million d'euros, soutiendra la mise en réseau et le partage d'information entre les mécanismes nationaux et plateformes de coordination régionale de sécurité maritime mis en place dans les pays du Golfe de Guinée. Le nouveau projet s'inscrit dans la continuité du processus de Yaoundé et dans le cadre de la Stratégie et le Plan d'Action de l'UE pour le Golfe de Guinée, adoptés en 2014.

La mise en œuvre opérationnelle du projet sera effectuée par Expertise France.

Pour le Commissaire Vella, 'la lutte contre la criminalité maritime et la promotion de la sécurité maritime est vraiment un défi que l’Afrique et l'Union européenne doivent relever main dans la main'.

L'action de l'UE dans ce domaine se fonde sur une approche intégrée liant les défis à relever en matière de sécurité, de gouvernance et de développement en mer comme à terre et met à profit les enseignements tirés de l'expérience dans la Corne de l'Afrique.

'Le coût de la piraterie dans le Golfe de Guinée en 2014 est estimée à près de 1 milliard de dollars. Mais en réalité, le prix global de l'insécurité maritime est bien plus important, notamment en termes d'emplois supprimés dans l'UE, mais plus encore en Afrique' a–t-il conclu.

Communiqué de Presse : les Side Events du sommet de Lomé

Les mers et les océans représentent une ressource de taille et une valeur considérable pour l’Afrique. Assurer leur sécurité et un développement responsable est au cœur des préoccupations du continent. C’est dans ce cadre que, sous l’impulsion du Président de la République, S.E.M Faure Essozimna GNASSINGBE, le gouvernement togolais organise une série d’évènements en parallèle du Sommet Extraordinaire de l’Union Africaine sur la Sécurité et la Sûreté maritimes et le Développement en Afrique, les SIDE EVENTS,
du 10 au 15 Octobre 2016, sur l’Esplanade du Palais des Congrès de Lomé
.

« Lorsque l’on examine ce que l’insécurité maritime coûte à nos économies ainsi que les risques environnementaux majeurs qui planent sur nos espaces marins, une seule conclusion s’impose : la mer est au cœur du développement durable. C’est la raison pour laquelle le Togo et l’Union Africaine organisent un sommet extraordinaire entièrement consacré à la sécurité maritime et au développement en Afrique »
S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République du Togo

Précédant la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de l’UA du 15 Octobre,
les SIDE EVENTS seront un espace unique d’échanges et de débats où les thèmes à aborder pendant le Sommet, seront approfondis.

Animée d’une part par un cycle de tables rondes et d’autre part par un Village des partenaires, cette initiative vise à :

-Réunir les meilleurs spécialistes du monde maritime engagés pour le continent,
-Permettre les échanges d’expériences entre les différents acteurs du monde maritime,
-Proposer des pistes de réflexion sur les actions à mener dans le cadre de la mise en œuvre de la “Stratégie AIM 2050”.

Autour de tables rondes du 11 au 14 Octobre, des experts de renommée internationale tels que Carlos Lopes, Secrétaire Exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), Madi Hamada, Secrétaire Général de la Commission de l’Océan indien, et des personnalités politiques de haut niveau telles que S.E.M. Lionel Zinsou, Ancien Premier Ministre du Bénin, Vincent Bouvier, Secrétaire Général de la Mer de la République Française, débattront autour de ces problématiques et proposeront des actions concrètes dans l’intérêt du développement du continent. Les thématiques abordées seront :


1.La lutte contre la piraterie maritime et les autres trafics, incluant la pêche illicite : moyens de lutte, mécanismes de coopérations continentales ;

2.Le développement de l’économie bleue et la protection des écosystèmes marins : ressources, commerce, stratégie portuaire et réseaux de transport terrestre, transport maritime, énergie, tourisme ;

3.La sécurité et la sûreté maritimes : enjeux, transports, ports, grand large, hydrographie, recherche et sauvetage ;

4.La gouvernance maritime et les échanges dans les domaines policier et judiciaire : arsenal juridique, coopérations policières et judiciaires, gouvernance financière.

Le Village des partenaires réunira du 10 au 15 Octobre des entreprises spécialisées de l’industrie maritime telles que SERIS GROUP, Airbus Defense & Space, Groupe Safran ou encore TOTAL qui présenteront leurs activités, leur savoir-faire et leurs dernières innovations. Les espaces seront animés par des démonstrations technologiques en matière d’équipement, surveillance et sécurité maritimes et visité par des délégations officielles.
Durant 5 jours, le Village des partenaires offrira un site dynamique d’échanges et de visibilité hors pair avec de nombreuses occasions de contacts directs avec plusieurs partenaires du continent et étrangers ainsi que de rencontres avec les acteurs majeurs du secteur maritime.


Pour plus d’information et pour accéder au programme complet, visitez :

Lome2016sideevents.org
African-union-togo2016.com Rubrique SIDE EVENTS
Sommet-lome.org



Fait à Lomé, le 29 Septembre 2016

Le Togo s'attend à une forte affluence

Robert Dussey 25 à 30 chefs d’Etat et de gouvernement pourraient prendre part au sommet de Lomé et plus d’une dizaine de présidents ont d'ores et déjà confirmé leur présence le 15 octobre, a indiqué jeudi Robert Dussey.

Le ministre des Affaires étrangères a également annoncé la venue de 3.000 délégués, soit autant que le nombre de policiers et de gendarmes déployés pour assurer la sécurité de l’événement.

M. Dussey est revenu sur le projet de charte sur la sécurité maritime qui sera discuté et le cas échéant adopté.

‘C’est notre fierté de porter ce projet. Le Togo a tout fait pour que la charte de Lomé soit adoptée. Toutes les procédures de validation internes à l’Union africaines ont été respectées’, a-t-il déclaré.

En marge du sommet, des manifestations thématiques seront organisées. 80 experts internationaux participeront à des tables-rondes consacrées à la lutte contre la piraterie maritime et la pêche illégale et à la promotion de l’économie bleue.

Le dernier sommet international organisé par le Togo remonte à 16 ans.

Le pays a mis le paquet pour faire de cette rencontre un succès diplomatique.

Sécurité maritime : concertations entre le Togo et le Cameroun

Paul Biya (G) et Faure Gnassingbé vendredi à New York En juin 2013, le Cameroun avait organisé le premier sommet sur la sécurité maritime dans le golfe de Guinée, devenue l'une des régions du monde les plus affectées par la piraterie.

En application d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, les Etats de la Cédéao et de la CEEAC avaient été invités à mettre en place une stratégie régionale et collégiale pour lutter contre la piraterie maritime et les vols à main armée dans les eaux territoriales.

Trois ans plus tard, un autre sommet se déroule cette fois au Togo, sous l’égide de l’Union africain avec comme objectif de parvenir à l’adoption d’une charte contraignante.

Cette question a été au centre d’un entretien vendredi au siège des Nations Unies à New York entre les présidents togolais, Faure Gnassingbé, et camerounais, Paul Biya.

Le prochain sommet de Lomé s’inscrit dans la droite ligne des recommandations de Yaoundé, mais les Etats africains veulent aller plus loin compte tenu des menaces que font peser la piraterie et les trafics sur le commerce maritime, les échanges régionaux.

Pour les autorités togolaises, l’insécurité maritime constitue aussi un frein au développement.

Sommet de Lomé : soutien des Nations Unies

Mohamed Ibn Chambas et Faure Gnassingbé vendredi à New York Les Nations Unies soutiennent la tenue à Lomé du sommet sur la sécurité maritime, a déclaré vendredi Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest.

Déclaration faite à l’issue d’un entretien à New York avec le président Faure Gnassingbé.

‘Les Nations unies sont très intéressées par ce sommet. C’est une opportunité pour toute l’Afrique de définir une approche globale pour combattre la piraterie, non seulement dans le Golfe de Guinée mais en Afrique en général. Des résultats concrets sont attendus’, a indiqué M. Chambas.

Des représentants de l’ONU participeront au sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime et le développement qui se déroulera le 15 octobre prochain à Lomé.

Le projet de charte n'est pas que sécuritaire

Robert Dussey A moins d’un mois du sommet extraordinaire de l'Union africaine (UA) à Lomé sur la sécurité maritime, le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey, était l’invité mardi d’Afrique Soir sur RFI.

Il a évoqué le projet de charte qui sera discuté et sans doute adopté à l’issue des travaux.

‘Pour assurer la sécurité maritime, il faut aller vers un texte contraignant. La charte a un volet sécuritaire et un autre consacré au développement. Il est essentiel de promouvoir une économie bleue’, a-t-il déclaré.

Kerry : ‘Sauver les océans est une nécessité absolue'

Robert Dussey et John Kerry vendredi à Washington La 3e conférence internationale ‘Our Ocean’ s’est achevée vendredi à Washington.

Pour protéger le climat, il faut aussi protéger l’océan, a rappelé le secrétaire d’Etat américain John Kerry, à l’origine de ce projet. A la clôture des travaux, il a annoncé la création de 40 aires marines protégées, dont l’une entre les Etats-Unis et le Canada.

Le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey qui assistait aux travaux s’est félicité de la prise en compte de l’océan dans les négociations internationales sur le climat. D’autant que pour le chef de la diplomatie togolaise, l’espace marin, notamment en Afrique, constitue une aire de développement économique.

L’économie bleue sera d’ailleurs l’un des thèmes du prochain sommet de Lomé sur la sécurité maritime.

‘Sauver les océans n'est pas une option ou une priorité, mais une nécessité absolue, a martelé M. Kerry.

Il a, en outre, indiqué que la pollution et l'acidification sont liées à l’apparition d’environ 500 zones mortes dans les mers et les océans (zones dans lesquelles la teneur en oxygène est trop faible pour assurer la survie de la faune et de la flore marine), avertissant, que la pêche illégale, non déclarée et non réglementée, nuit à l’environnement marin, à l’emploi et à la sécurité alimentaire mondiale.

Les prochaines éditions de ‘Our Ocean’ auront lieu à Malte, à Bali et en Norvège.

En marge des travaux, Robert Dussey s'est entretenu avec Catherine Novelli, la sous-secrétaire d'État US pour la Croissance économique, l'Energie, et l'Environnement, et avec Heraldo Munoz, le ministre chilien des Affaires étrangères.

Mobilisation internationale vigoureuse et rapide

La présidente de l'Ile Maurice jeudi avec Robert Dussey A l’invitation du secrétaire d’Etat américain John Kerry, le ministre togolais des Affaires étrangères participe depuis jeudi à Washington à la conférence ‘Our Ocean’.

Robert Dussey prend part à cette réunion internationale dans la perspective du sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime qui aura lieu le 15 octobre prochain à Lomé et de l’adoption d’une charte dont l’un des volets porte justement sur préservation des océans contre la pollution.

Les questions relatives à la protection et à la conservation des mers sont justement au centre des débats dans la capitale fédérale. 90 pays ont envoyé des représentants pour faire un état des lieux trois après la tenue de la première conférence.

Barack Obama a appelé à une mobilisation internationale vigoureuse et rapide en faveur des océans confrontés à de ‘nouvelles menaces’, annonçant la création d'une réserve naturelle dans l'Atlantique pour protéger espèce et écosystèmes menacés.

Evoquant, entre autres, les pratiques de pêche non-durables, il a insisté sur l'impérieuse nécessité de rendre l'océan plus résistant au changement climatique, qui a profondément modifié la vie sous-marine.

John Kerry a appelé de son côté la communauté internationale à prendre des mesures pour combattre la pêche illégale et lutter contre la pollution. ‘A ce rythme, il y aura bientôt plus de sacs plastiques que de poissons dans l’océan

L’un des intervenants à la tribune a invité avec humour les dirigeants de la planète à passer de l’égo système à l’éco système.

En marge des discussions, Robert Dussey s’est entretenu avec la présidente de l’Ile Maurice, Ameenah Gurib-Fakim, avec le chef de la diplomatie chilienne, Heraldo Munoz et avec Linda Thomasfield, la conseillère Afrique de Barack Obama.

Mobiliser l'Afrique autour du projet de charte

Robert Dussey Robert Dussey était l’invité dimanche de la chaîne francophone internationale TV5.

Il est longuement revenu sur la tenue prochaine à Lomé du sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime (15 octobre).

Si le projet de charte sur ce thème a été validé en fin de semaine par les ministres de la Justice des pays membres de l’UA, il espère que le texte sera adopté par les chefs d’Etat et de gouvernement. Il s’est dit confiant tout en soulignant qu’il n’était pas aisé de rassembler 54 pays sur un même document.

Interrogé sur la pêche illégale – principalement industrielle - qui pénalise les pays africains côtiers, M. Dussey espère que la rencontre de Lomé sera l’occasion d’adresser une mise en garde et peut être plus aux pays qui se livrent à cette activité.

L’essor d’une pêche locale est essentielle et s’inscrit dans la promotion d’une économie bleue, a indiqué le chef de la diplomatie togolaise.

3000 participants sont attendus dans la capitale togolaise mi-octobre. Lomé n’a plus organisé d’évènements de cette nature depuis plus de 15 ans. Les autorités veulent donc ce qui est légitime obtenir un sans faute.

Le Togo se propose d'organiser le premier sommet Afrique-Israël

Benyamin Netanyahou mercredi soir à Jérusalem Le président Faure Gnassingbé achèvera jeudi une visite officielle de 4 jours en Israël, la seconde depuis 2012.

Il a rencontré dans la journée le président de l’Etat, Reuven Rivlin et dans la soirée le Premier ministre Benyamin Netanyahou pour un dîner officiel.

A l’issue de ces deux entretiens, le ministère des Affaires étrangères togolais a publié un communiqué dans lequel il est indiqué que le Premier ministre israélien et le chef de l’Etat togolais ‘se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération entre le Togo et Israël qui ont porté des fruits abondants depuis l’établissement des relations diplomatique (…) Ils entendent, conformément au principe dit de relation privilégiée, accroître leur confiance réciproque et élargir leur coopération à d’autres domaines afin de hisser haut les relations traditionnelles entre les deux pays’.

Les deux hommes se sont déclarés ‘convaincus de l’extraordinaire potentiel de la coopération économique israélo-togolaise et ont exprimé leur détermination à œuvrer ensemble pour leur raffermissement notamment dans les domaines de l’agriculture, de la santé publique, de l’éducation et de l’enseignement supérieur, des sciences technologiques, de l’économie numérique, du développement communautaire, de la sécurité, de la protection et de la promotion sociale et de l’intégration de la femme au processus de développement’.

Sur le plan régional, le Président togolais et le Premier ministre israélien se sont convenus de l’organisation à Lomé d’un sommet israélo-africain sur le thème ‘sécurité et développement’ en vue du renforcement des liens de coopération entre Israël et l’Afrique.

Le communiqué souligne que le président Faure Gnassingbé ‘a exprimé à son frère et ami Benjamin Netanyahou, au président Reuven Rivlin, au gouvernement et au peuple israélien ses vifs remerciements et sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et fraternel qui lui a été réservé ainsi qu’à sa délégation et a invité le Premier ministre israélien à effectuer une visite en République togolaise. ‘.

COMMUNIQUÉ SANCTIONNANT LA VISITE OFFICIELLE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE TOGOLAISE EN ISRAËL

1- Dans le cadre des relations de coopération qui unissent Israël et le Togo et à l’invitation de S.E.M. Benyamin Benjamin NETANYAHOU, Premier Ministre Israélien, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise a effectué une visite d’amitié et de travail en Israël du 7 au 11 août 2016.
 
2- Au cours de cette visite, le Premier Ministre Benyamin Benjamin NETANYAHOU et le Chef de l’Etat Togolais, Faure Essozimna GNASSINGBE ont procédé à un échange de vues approfondi sur les questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral et multilatéral.
 
3- Sur le plan bilatéral, le Premier Ministre Israélien et le Chef de l’Etat Togolais se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération entre le Togo et Israël qui ont porté des fruits abondants depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Ils entendent, conformément au principe dit de relation privilégiée, accroître leur confiance réciproque et élargir leur coopération à d’autres domaines afin de hisser haut les relations traditionnelles entre les deux pays.
 
4- Le Président Togolais et le Premier Ministre Israélien se sont, en outre, convaincus de l’extraordinaire potentiel de la coopération économique israélo-togolaise et ont exprimé leur détermination à oeuvrer ensemble pour leur raffermissement notamment dans les domaines de l’Agriculture, de la santé publique, de l’éducation et de l’enseignement supérieur, des sciences technologiques, de l’économie numérique, du développement communautaire, de la sécurité, de la protection et de la promotion sociale et de l’intégration de la femme au processus de développement.
 
5- Sur le plan régional, le Président togolais et le Premier Ministre israélien se sont convenus de l’organisation à Lomé d’un sommet israélo-africain sur le thème ‘sécurité et développement’ en vue du renforcement des liens de coopération entre Israël et l’Afrique.

6- Abordant la situation internationale, le Chef d’Etat togolais et le Premier Ministre israélien ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence des actes terroristes et à la persistance des crises qui menacent la paix, la sécurité, la stabilité et le développement du monde.
 
7- Ils ont à cet égard réaffirmé leur ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et ont appelé à la coordination des efforts et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ce fléau.
 
8- Evoquant la prochaine conférence extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique, le Premier Ministre israélien a salué les efforts que déploie le Togo dans le domaine du maintien de la paix et dans l’organisation de cette conférence. A cet égard, il a formulé son vif souhait pour la réussite de cette rencontre et plaidé que toutes les parties concernées oeuvrent de bonne foi en vue de l’adoption et de la signature de la charte de Lomé sur la sûreté et la sécurité maritime.
 
9- Au terme de sa visite, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE a exprimé à son Frère et Ami le Premier Ministre Benyamin Benjamin NETANYAHOU, au Président Reuven RIVLIN, au gouvernement et au peuple israélien ses vifs remerciements et sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et fraternel qui lui a été réservé ainsi qu’à sa délégation et a invité le Premier Ministre israélien à effectuer une visite en République togolaise.
 
10- Le Premier Ministre Israélien a accepté cette invitation et les modalités y relatives seront arrêtées par voie diplomatique.
 
Fait à Jérusalem le 10 août 2016

Meilleure planification de la coopération

Meilleure planification de la coopération Les Consultations Afrique-Chine-Etats Unis pour la paix en Afrique se sont tenues mercredi 27 juillet 2016 à l’hôtel Sarakawa de Lomé.
Cette rencontre a été organisée par le ministère des Affaires étrangères, le Carter Center et le Bureau des Nations unies de l'Afrique de l'Ouest et du Sahel (UNOWAS).
Deux thèmes étaient au programme, la sécurité maritime et l’économie bleue dans le Golfe de Guinée et la promotion de la paix au Sahel.
Des échanges qui se situent dans le cadre des préparatifs du sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime qui aura lieu le 15 octobre prochain à Lomé.
A l’ouverture des travaux, Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères, a rappelé que la question de la paix et de la sécurité en Afrique était ‘un défi frontal que nous ne pouvons plus esquiver, ni négliger, encore moins ignorer’.
Un défi qui remet quotidiennement en cause, par le nombre sans cesse croissant des victimes des conflits armés et des barbaries terroristes, notre capacité à y faire face et à y venir à bout, a ajouté M. Dussey.
Il a reconnu que faute de coopération, les mesures adoptées ne produisaient pas encore les mesures escomptées.
‘Face à cet amer constat et à ces résultats plutôt mitigés, il s’avère donc plus qu’urgent revoir la copie et de prendre le temps minimum nécessaire pour réfléchir et mieux planifier nos actions’, a-t-il souligné.
Cet appel au renforcement de la coopération sécuritaire est le leitmotiv du Carter Center ; une stratégie à laquelle le Togo adhère pleinement, a indiqué le chef de la diplomatie qui estime que les consultations Afrique-Chine-USA pour la paix en Afrique constituent un forum de collaboration multilatérale, tout à fait originale, à même d’apporter une plus-value à l’action globale pour la paix sur le continent, y compris pour le renforcement de la sécurité maritime.
‘Les conflits, la violence et l’horreur semblent échapper à notre contrôle et à notre maîtrise. Le Sahel est encore une zone instable et précaire ; la piraterie et les trafics de tout genre régentent les mers au large de nos côtes et la menace terroriste n’a jamais été aussi pressante (…), a prévenu le ministre des Affaires étrangères.
Initiées en 2014 par l’ancien président américain Jimmy Carter, à la tête du Carter Center, et le président chinois Xi Jinping, ces consultations rassemblent un groupe restreint de diplomates et d’experts africains, chinois et américains pour des discussions à huis clos visant à examiner la collaboration entre les acteurs régionaux, la Chine, les États-Unis et d'autres sur les questions de paix et de sécurité.
Cette cellule est animée par Jianhua Zhong, envoyé spécial chinois pour les Affaires africaines, l'ambassadeur Princeton Lyman, conseiller spécial au United States Institute for Peace et Mohamed Ibn Chambas, représentant du SG des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest.
L’initiative vise à promouvoir une réflexion collective sur les problèmes communs et à identifier des domaines concrets de collaboration.
Organisation non-gouvernementale, le Carter Center a été fondé en 1982 par l’ancien président Jimmy Carter.
Photo : Robert Dussey lors des travaux

27/07/2016

Les amis du Golfe de Guinée se retrouvent à Lisbonne

Une architecture régionale sur la sécurité maritime Le ministre portugais des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, présidera lundi à Lisbonne avec son homologue togolais, Robert Dussey, l'ouverture de la réunion du groupe du G7 des amis du Golfe de Guinée (G7++FoGG).
Les participants évoqueront la mise en œuvre de l'architecture régionale sur la sécurité maritime, adoptée en 2013 lors du Sommet de Yaoundé.
Seront également passées en revue les différentes initiatives internationales relatives à la sécurité maritime, le renforcement des capacités de projection, la coopération judiciaire et policière et la lutte contre l'impunité et la criminalité transnationale.
Robert Dussey détaillera les objectifs du prochain sommet de l’Union africaine qui aura lieu le 15 octobre prochain à Lomé. L’objectif est de parvenir à l’adoption d’une charte africaine sur la sécurité maritime.
Le Portugal assure cette année la présidence du G7++FoGG.
Ce groupe comprend les Etats-Unis, l’Allemagne, le Canada, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni, la Belgique, la République de Corée, le Danemark, l’Espagne, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la Suisse, ainsi que l'Australie et le Brésil, en tant qu'observateurs. Egalement impliqués dans ce processus, l'Union européenne, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et Interpol.
En marge de la réunion, Robert Dussey s’entretiendra avec Augusto Santos Silva. Au menu des échanges, la coopération bilatérale, la sécurité régionale, la situation politique en Guinée Bissau et la lutte contre le terrorisme.

Le Golfe de Guinée est le champion de la piraterie mondiale

Hiroshi Azuma (G) l'ambassadeur du Japon, Augusto Santos Silva et Robert Dussey Les ministres portugais et togolais des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva et Robert Dussey, ont présidé lundi à Lisbonne l'ouverture de la réunion du groupe du G7 des amis du Golfe de Guinée (G7++FoGG).
Les participants ont évoqué la mise en œuvre de l'architecture régionale sur la sécurité maritime, adoptée en 2013 lors du Sommet de Yaoundé.
Ils ont passé en revue les différentes initiatives internationales relatives à la sécurité maritime, le renforcement des capacités de projection, la coopération judiciaire et policière et la lutte contre l'impunité et la criminalité transnationale.
Lors de son intervention, Augusto Santos Silva, a insisté sur la nécessaire coordination des Etats du Golfe de Guinée dans la lutte contre la piraterie.
‘Ne nous voilons pas la face, le Golfe de Guinée est le champion de la piraterie mondiale en raison du nombre et de la gravité des attaques. En outre, le trafic transrégional de drogue est en forte augmentation. La pêche illicite non déclarée et non réglementée inflige des dégâts dramatiques sur les économies locales. Sécurité et développement sont étroitement liés ; il faut donc que nous réfléchissions à des solutions adaptées’, a-t-il déclaré.
Robert Dussey a emboité le pas au chef de la diplomatie portugaise en soulignant que la mer devait devenir un moteur de prospérité pour l’Afrique de l’Ouest.
‘Nous devons trouver les voies et moyens de contenir le problème de l’insécurité maritime’.
Le prochain sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime (Lomé 15 octobre 2016) sera l’occasion de signer un document contraignant, a indiqué M. Dussey.

Le Comité de l’UA a entériné le projet de charte qui devrait être adopté à Lomé.
Les participants ont confirmé leur présence au Togo.
Le Portugal assure cette année la présidence du G7++FoGG.
Ce groupe comprend les Etats-Unis, l’Allemagne, le Canada, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni, la Belgique, la République de Corée, le Danemark, l’Espagne, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la Suisse, ainsi que l'Australie et le Brésil, en tant qu'observateurs. Trois nouveaux pays le sont devenus lundi, la Grèce, la Turquie et l’Uruguay.
Egalement impliqués dans ce processus, l'Union européenne, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et Interpol.

Le Premier ministre de Bavière s'entretient avec Faure Gnassingbé

Faure Gnassingbé et Horst Seehofer lundi à Munich Horst Seehofer, Premier ministre bavarois et président de l'Union chrétienne-sociale (CSU) en Bavière, s’est entretenu lundi à Munich avec le président Faure Gnassingbé.
Les échanges ont porté sur la coopération bilatérale avec la volonté affichée d’inciter les grandes entreprises locales à investir au Togo.
La crise des migrants a aussi été abordée. Une question sensible ici car la Bavière accueille une grande partie des réfugiés arrivés récemment en Allemagne.
Le chef de l'Etat participe ce soir à un banquet d'honeur au château de l'ancien roi de Bavière.

POINT SUR L’ACTUALITE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Eradiquer les causes du terrorisme Le président togolais, Faure Essozimna GNASSINGBE a participé au 2ème sommet régional sur la sécurité à Abuja au Nigéria le 14 mai 2016. Consacré à la lutte contre le groupe islamique Boko Haram, les chefs d’Etat des pays du bassin du lac et ceux d’Afrique de l’ouest et du centre, ont décidé de trouver une solution rapide à la crise humanitaire qui découle des actions du groupe terroriste, ainsi qu’une meilleure coordination entre les différentes armées.

POINTS SUR L’ACTUALITE DU MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION ET DE L’INTEGRATION AFRICAINE

Chassé croisé ministériel entre Paris et Lomé Le chef de la diplomatie togolaise, Robert DUSSEY a rencontré son homologue français, Jean-Marc AYRAULT au Quai d’Orsay, le 13 mai 2016. Parmi les sujets abordés, la coopération bilatérale entre Lomé et Paris ; la sécurité dans la sous-région ouest africaine. Aussi, a-t-il profité de l’occasion pour informer son homologue français des préparatifs du prochain sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime qui se tiendra le 15 octobre 2016 à Lomé. Déjà très impliquée dans la sécurité en Afrique, la France participera au sommet de Lomé.